Mot de Son Excellence Monsieur le Ministre de la Santé à l’ouverture du 4eme Congrès Ordinaire de l’Ordre des Pharmaciens


Monsieur le Conseiller Principal en charge de la Santé  à la Primature

Monsieur le Conseiller Principal en charge de la diplomatie et coopération

Monsieur l’Avocat Général de la République

Monsieur le Représentant du Secrétaire Général à la Santé

Monsieur le Président du CNDH

Monsieur le Président du CSAC

Monsieur le Représentant du Commissaire Général à la de la Police Nationale

Monsieur le Représentant du Corps  santé des FARDC

Messieurs les Représentants des Ordres Professionnels

Monsieur le Doyen de la Faculté des Sciences Pharmaceutiques

Messieurs les Présidents Honoraires  du CNOP

Monsieur le Président du CNOP

Messieurs les Pharmaciens

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs en vos titres et qualité

 

Avant de prononcer mon mot d’ouverture ;je voudrais vous demander de garder une minute de silence pour rendre hommage au Ministre de la Santé honoraire le Professeur Mashako Mamba qui nous a quitté en date du 25 Septembre 2017.

Il est superfétatoire de revenir sur les conditions difficiles du point de vue financière du moment pour reconnaitre qu’il a fallu la détermination dans le chef du Conseil National, de son Président et des Pharmaciens pour voir ses assises se tenir. 

Malgré ces difficultés, le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Joseph KABILA KABANGE a favorisé  les conditions de paix susceptibles à rendre possibles la tenue de ce forum. Raison pour laquelle je lui rends les hommages les plus déférents, d’autant plus qu’il en assure le Haut patronage. Il en est de même du Gouvernement d’Union Nationale que dirige Son Excellence Monsieur Bruno TSHIBALA dont le Social est au centre de son action. C’est ainsi parraine personnellement ce Congrès dont les résolutions sont très attendues.

Ce Congrès coïncide avec le Jubilé d’argent de l’Ordre des Pharmaciens, après plus d’un quart des siècles d’existence de l’Ordre des Pharmaciens.25 ans c’est peu et aussi beaucoup car c’est l’âge de maturité, de l’espoir, de vision d’un meilleur futur. Je vous en félicite et vous souhaites encore plusieurs meilleures années.

C’est l’occasion pour moi de m’interroger ; quelle est la situation pharmaceutique dans notre pays ?

En effet, l’analyse de la situation réalisée pour élaborer le Plan National de Développement  Sanitaire 2016-2020  ainsi que le Plan Stratégique du Système National d’Approvisionnement en Médicaments Essentiels montrent des faiblesses dans la disponibilité des médicaments dans les formations sanitaires, l’accessibilité financière est également très faible et la qualité inadéquate. Pour en revenir à la qualité ; il ne faut pas être un Expert pour voir que dans le site ou se trouve la plus grande concentration des Etablissements de Vente en Gros ; l’environnement  laisse à désirer et présente une situation qui ne permet pas de comprendre que c’est dans ces lieux que sont manipulés les médicaments. Ces défis restent  importants et demandent de tous des actions pour y remédier.

Mon Ministère a inscrit  notamment comme priorités ; l’adoption de la loi cadre de la santé par l’Assemblée Nationale et dans la foulée :la révision de la loi sur l’Exercice de la Pharmacie et la création de l’Autorité Nationale de Réglementation Pharmaceutique. J’ai également mis en place l’Inspection Générale de la santé afin de voir  la mise en œuvre de la fonction « Inspection Pharmaceutique » opérationnelle.

Pour revenir à l’Ordre ; parce que le Président du CNOP a interpellé mon Ministère en faisant référence aux articles de la loi ; les rapports qui me sont parvenus indiquent que ce mandat a été caractérisé par des conflits internes  qui n’ont fait qu’affaiblir l’organisation. La situation que nous vivons dans le secteur est dans une phase de crise sévère et comme ce Congrès est électif, ce mandant devra être différent de celui finissant, nous avons besoin des HOMMES mais surtout des HOMMES EXCEPTIONNELS qui devront prendre la mesure des enjeux afin de ne pas voir périr cette noble Profession.SI LES HOMMES NE CHANGENT PAS DE MANIERE DE FAIRE ;ON CHANGE LES HOMMES.

Vous avez certainement suivi que dans  mon Ministère, afin d’introduire la recevabilité et la bonne gouvernance ;un audit a été réalisé dans quelques Directions et programmes avec des résultats qui montrent des déficits et déficiences en matière de gestion. La gestion est une science que nous devons tous apprendre à appliquer dans tous ces principes. C’est ainsi au cours de ces assises on devrait avoir des organisations comme l’Ordre des Pharmaciens et associations apparentées présenter des rapports des audits externes par exemple, c’est cela la redevabilité et la bonne gouvernance.

Au cours de ces travaux, vous  ne devez pas perdre de vue que conformément à l’article 6 de l’Ordonnance-Loi N°091-018 du 30 /03/1991 portant création de l’Ordre des Pharmaciens : Le Congrès a le pouvoir le plus étendu pour fixer les orientations et  prendre les décisions pouvant assurer la bonne marche de la profession. Je vous demande d’apporter ainsi des changements adaptés au contexte actuel afin de voir la situation s’améliorer pour le bien de notre population.

Je serai particulièrement attentifs aux résolutions que vous allez prendre  et nous ferons ce qui est nécessaire en notre pouvoir pour qu’elles ne demeurent pas lettres mortes.

Je ne puis terminer mon propos sans renouveler  mes vœux les meilleurs pour le Jubilé d’argent et déclare ouvert les travaux  du 4eme Congrès Ordinaire de l’Ordre des Pharmaciens

 

Je vous remercie