4è Congrès ordinaire de l’Ordre des pharmaciens de la RDC : J-B Kalonji Ndoumba plaide pour l’assainissement et la formation de qualité dans le secteur pharmaceutique


Les pharmaciens de la RDC se fixent l’objectif de donner aux congolais, de l’ensemble du pays, un accès aux produits pharmaceutiques de qualité. Un grand challenge!Mais pour y arriver, il faut assainir le secteur.

Malheureusement, déplore les pharmaciens, des Ongs et autres agences opèrent et travaillent dans leur secteur sans que l’Ordre des pharmaciens n’en soit informé.Ils manipulent les médicaments, qui est un poison, alors qu’ils n’en ont pas l’expertise.

Le président du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens sonne la révolte.

A l’ouverture mardi 26 septembre 2017 du 4 ème Congrès ordinaire de l’Ordre des pharmaciens, Jean Baptiste Kalonji Ndoumba a averti que le temps est venu pour mettre fin à cette situation.

Il a invité l’Ordre des pharmaciens à procéder au recensement de tous ceux qui œuvrent dans le secteur pharmaceutique, qu’il s’agisse du secteur privé ou public, qu’ils soient congolais ou expatriés.

Pour lui, il faut stopper ce banditisme criant.

« Le contrôle permettra de nous connaître et d’avoir ensemble un comportement conséquent », tranche Kalonji qui estime que cet exercice va inaugurer une nouvelle approche dans l’assainissement du secteur pharmaceutique.

A cette occasion, Jean Baptiste Kalonji a plaidé pour l’accroissement des pharmaciens au Congo-Kinshasa.

« Le personnel pharmaceutique est de loin en nombre insuffisant dans notre pays », a insisté le président du Conseil, avant de rappeler que la nécessité de la formation dans le secteur pour améliorer la qualité des prestations.

Pour réaliser ce rêve, il faut, dit-il, des ressources humaines, matérielles et financières importantes, en vue d’obtenir un produit de qualité.

Il a évoqué l’exemple de la Tanzanie où plusieurs structures pharmaceutiques ( pharmaciens, techniciens et assistants en pharmacie) ont sensiblement amélioré leur prestation.

« L’expérience fait école non seulement en Afrique mais en Asie et en Amérique latine », explique-t-il.

Ainsi, l’Ordre des pharmaciens demande au ministre de la santé de ne pas rester indifférent devant de telles initiatives formationnelles.

Le leadership de la corporation souhaite l’organisation d’une sorte d’examen d’État pour évaluer la formation dans le secteur à quelque niveau que ce soit.

A l’issue des travaux, les participants devront élire le nouveau président de la corporation. Ils devront approuver également le rapport d’activités 2013-2016. Il est aussi prévu à la clôture du Congrès la décoration des pharmaciens qui ont excellé dans le travail mais aussi des opérateurs économiques et politiques qui ont soutenu, ou bien collaboré avec l’Ordre de pharmaciens.

Des thèmes intéressants seront débattus lors des travaux. Des discussions déboucheront sur des recommandations ayant trait aux différents thèmes.C’est le cas de la couverture universelle sanitaire et l’exercice du fonctionnement de la pharmacie en RDC, le fonctionnement de l’Ordre de pharmacie, la pharmacie et les médicaments, l’inscription au tableau comme aussi la vignette sur les médicaments.

A ce jour, l’Ordre des pharmaciens compte plus de 1300 inscrits à son tableau.D’ailleurs, le présent Congrès ordinaire est jumelé, à la célébration du jubilé d’argent de l’Ordre qui avait totalisé ses 25 ans d’âge le 30 mars 2016 depuis sa création en 1991.

Alphonse Muderhwa